Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 22:26

http://cleda.over-blog.com/article-samedi-6-juillet-2013-et-si-on-arretait-la-viande-118954772.html

 

Les vegans refusent de manger les animaux, leur lait, leurs oeufs... Et ils le font savoir !

Samedi 6 juillet, une action spontanée a eu lieu dans plusieurs rayons boucherie de la rue Montorgueil à Paris et la caméra de Loan en a capturé quelques images.

Ce n'est que le début...

 
Vous pouvez retrouver les autres vidéos de Loan sur Youtube : http://www.youtube.com/channel/UCfmgo1BKDNG8m1TqtCp8TJg

ou sur Facebook  https://www.facebook.com/loan.ego.videos     

 

Repost 0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 19:01

   flyer journée sur le véganisme

 

Repost 0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 21:29
Happening "Fermons les abattoirs !" à Paris le samedi 25 mai 2013 
    
P1100980
 
A l'occasion de la SMAV (Semaine Mondiale pour l'Abolition de la Viande), l'association L214 organisait simultanément à Paris et à Lyon une action pour la fermeture des abattoirs. Tandis que des manifestant-e-s portaient des panneaux "Fermons les abattoirs !" avec des photos explicites, d'autres faisaient le décompte du nombre d'animaux tués en France depuis le début de l'action pour la "production" de viande, oeufs, lait et poissons, soit plus d'un million durant l'heure.
 
Cet happening fut l'occasion d'informer le public sur la revendication de l'abolition de la viande et également de communiquer sur la marche pour la fermeture des abattoirs qui se déroulera le samedi 15 juin à Paris, Toulouse, Londres, Toronto, Sao Paulo, Rio de Janeiro et Istanbul. Grands rendez-vous à ne manquer sous aucun prétexte ! 
 

Il est grand temps de revendiquer haut et fort l'abolition de l'esclavage des animaux, l'abolition des pratiques qui leur causent les plus grands torts : l'élevage, la pêche et l'abattage.

On estime que chaque année dans le monde, ce sont ainsi 60 milliards d'animaux terrestres et plus de 1000 milliards de poissons qui sont tués sans nécessité, soit environ 160 millions d'animaux terrestres et 3 milliards de poissons tués chaque jour.      

  • Parce que la production de viande implique de tuer les animaux que l'on mange,
  • parce que nombre d'entre eux souffrent de leurs conditions de vie et de mise à mort,
  • parce que la consommation de viande n'est pas une nécessité,
  • parce que les êtres sensibles ne doivent pas être maltraités ou tués sans nécessité,
  • l'élevage, la pêche et la chasse doivent être abolis.

 
Vidéo (de Loan) :    
 
 
Photos (De l'autre côté... pas de copyright) :
P1100884
 
P1100960 crop
 
P1100830 crop
      P1100936
 
Pa1100993
   PA1100828 crop
   PA1100833 crop
      PA1100969 crop
 
P1100921 crop
 
 
Repost 0
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 10:56

http://cleda.over-blog.com/article-compte-rendu-action-tatouage-happening-269-life-17-fevrier-2013-a-paris-115460442.html

 

Compte-rendu de l'action tatouage + happening  en écho au mouvement 269 life, le dimanche 17 février 2013 à Paris

P1090678

Lors d'un précédent article, nous annoncions l'action du collectif 269 life France  et  donnions un historique ainsi que les bases éthiques du mouvement vegan 269 life qui a débuté le 2 octobre 2012 suite une action dans laquelle 3 militants de Tel-Aviv se sont fait marquer au fer rouge sur la place publique le chiffre "269", en mémoire d'un veau rencontré dans une ferme industrielle qui portait ce numéro.

269 est désormais un symbole d'empathie, de solidarité pour tous ces animaux utilisés par les humains comme des outils de production.  

Paris a rejoint le mouvement international qui regroupe pour le moment une quinzaine de pays.  35 militants et militantes ont été tatoué-e-s  par des professionnels dans une boutique spécialisée dans le centre de Paris. En parallèle, des activistes participaient non loin de là, dans la rue, à un happening  solennel qui a duré 6 heures, portant des panneaux en solidarité avec les animaux exploités et tués pour leur chair, leurs oeufs, leur lait, leur peau, leur corps, etc. Moment fort en émotion devant un public plus nombreux lors de la première partie du happening mais celui-ci a malgré tout été vu par de nombreuses personnes.   

Un grand merci et bravo au collectif 269 life France, avec le soutien de L214 qui a fourni un énorme travail pour que cette action puisse se dérouler dans les meilleures conditions.

Sur le site de 269 life France, vous trouverez très prochainement un compte-rendu "officiel", avec des photos et vidéos.

 

Photos :

Happening :

P1090687 crop

 

P1090715

 

P1090635

 

P1090676 crop

 

P1090677 crop

 

P1090834 crop

 

Pendant le happening, 35 militants et militantes se faisaient tatouer "269" en solidarité avec les animaux exploités et tués par les humain-e-s :

P1090799

 

P1090807

 

P1090634 crop

 

P1090837

 

P1090829

 

P1090661

 

P1090649 crop

 

P1090816

 

Diffusion de tracts :

P1090652 crop


P1090607  Cliquez sur l'image pour l'agrandir

 

P1090736

 

P1090727

 

Stand d'information sur le mouvement 269 life et de l'exploitation des animaux en général :

P1090843

 

Trousses en soutien au mouvement : 

P1090606

 

P1090744

 

Grand écran diffusant des images sur le sort réservé aux animaux :

P1090811

 

Après l'effort, le réconfort ! :-) :

P1090614 

Repost 0
15 janvier 2013 2 15 /01 /janvier /2013 14:59

http://youtu.be/Tc1zYBULvqI

Comprendre l'idéologie carniste pour communiquer plus efficacement avec les mangeurs de viande

http://animalsujet2.blogspot.fr/2010/04/comprendre-lideologie-carniste-pour.html

par Melanie Joy




Pour beaucoup de végétariens, vivre dans un monde où l’on consomme de la viande est un défi quotidien. Les végétariens sont minoritaires dans cette culture, dominante, de la consommation de viande et ils sont entourés d’images, de comportements et d’attitudes qui blessent leur sensibilité profonde. Ils sont sans cesse témoins des conséquences profondément affligeantes de notre culture de la viande, des morceaux de corps d’animaux morts tapissant les rayons des magasins d’alimentation jusqu’aux insultes spécistes qui rabaissent les animaux d’élevage (e.g. "sale porc" ou "grosse vache"). Leurs fortes réactions émotionnelles, comme le chagrin, le désespoir, la colère et l’horreur - qui sont des réponses normales et appropriées lorsque l’on est témoin de la violence et de l’exploitation - sont souvent ignorées ou ridiculisées, et eux-mêmes sont parfois taxés de "sensiblerie écolo".

Pourtant ce qui est le plus pénible pour beaucoup de végétariens c’est le fait que des êtres humains sympathiques continuent à participer à cette même culture qui cause tant de souffrances. Il est, au mieux, difficile de comprendre comment une "bonne" personne peu soutenir des pratiques aussi cruelles, et il est très facile pour les végétariens de voir les mangeurs de viande comme des personnes égoïstes, inhumaines et, en fin de compte, mauvaises. Cette façon de voir est la raison primordiale pour laquelle les végétariens réagissent avec une telle charge émotionnelle envers les mangeurs de viande, en particulier vis à vis de ceux dont ils sont le plus proche et envers lesquels ils peuvent ressentir des émotions contradictoires : amour/ressentiment, respect/mépris, confiance/colère, etc. Bien que compréhensible, une telle réactivité émotionnelle est en fin de compte contre-productive : elle cause généralement beaucoup de désarroi aux végétariens et offensent les mangeurs de viande, réduisant ainsi les chances qu’ils reconsidèrent leur choix alimentaires. Aussi sommes-nous tous perdants - végétariens, mangeurs de viande, et animaux.

Prendre conscience de la psychologie liée à la viande peut aider les végétariens à transformer leur frustration en compréhension et à devenir des militants plus efficaces. Cela peut aider aussi les mangeurs de viande - qui sont à la fois les participants et les cibles de ce système violent, à mieux comprendre leur propre relation à la consommation de viande, une relation qui en fin de compte est contraire à leur intérêt.

J’ai déjà discuté du fait qu’il existe un système de croyance - ou idéologie, invisible qui façonne la relation de la culture dominante avec la viande. J’appelle cette idéologie le carnisme. Le carnisme est l’opposé du végétarisme : c’est le système de croyance selon lequel on considère éthique et approprié de manger (certains) animaux. Tant que la viande n’est pas nécessaire à notre survie, manger de la viande est un choix, et les choix naissent des convictions. (Les termes omnivore et carnivore désignent une prédisposition biologique plutôt qu’une orientation idéologique - les carnistes ne mangent pas de viande parce qu’ils sont biologiquement des omnivores, comme les végétariens, mais parce qu’ils choisissent de le faire.)

Le carnisme a l’immense pouvoir de façonner les perceptions que les gens ont des animaux et de la viande qu’ils mangent, en guidant leur choix comme une main invisible. A l’instar d’autre systèmes dominants, le carnisme est bien établi - il est soutenu par toutes les principales institutions, de la famille au gouvernement, et il est aussi intériorisé, construisant notre perception des animaux que nous avons appris à manger avant d’avoir l’age de dire nos propres noms. Les mythes selon lesquels manger de la viande est normal, naturel et nécessaire sont tellement enracinés dans notre inconscient que la consommation de viande est considérée plus comme un fait acquis que comme un choix. Le carnisme est un système d’exploitation violent qui dépend de la participation de la population pour se maintenir. Et parce qu’en réalité la plupart des gens aiment les animaux et ne veulent pas qu’ils souffrent, le carnisme est organisé de façon à permettre aux humains de participer à des pratiques inhumaines sans réaliser pleinement ce qu’ils font. Le système est maintenu par un ensemble de défenses spécifiques, à la fois externes (sociales) et internes (psychologiques) qui bloque la capacité de chacun à comprendre la réalité de la viande ; elles transforment l’empathie naturelle en apathie, de sorte que la viande est ressentie comme appétissante plutôt que repoussante. Ces défenses sont aussi la raison pour laquelle beaucoup de carnistes réagissent de façon négative aux végétariens et au végétarisme.

Les mécanismes de défenses carnistes sont extensifs et intensifs, et difficiles à démonter. La plupart des végétariens ont été carnistes, tout en étant conscients, dans une certaine mesure, que les animaux devaient mourir pour se retrouver dans leur assiette. Lorsque nous sommes confrontés à des carnistes récalcitrants, il est facile d’oublier son propre vécu de carniste et le fait que demander à des carnistes d’arrêter de manger de la viande ne signifie pas demander une simple modification de comportement, mais aussi une modification identitaire - une changement fondamental de leurs relations aux animaux, à la nourriture et à eux-mêmes. Comprendre le carnisme peut aider les végétariens à distinguer le comportement d’un carniste (e.g. manger de la viande) de sa personnalité, à faire preuve de patience et de compassion envers les carnistes et, par conséquent, à communiquer leur message avec plus d’efficacité.# Plus les végétariens apporteront de la compassion dans leurs échanges avec les carnistes, plus ils seront à même de cultiver la compassion chez ces derniers - et cela profitera finalement à tous - y compris aux animaux.

 _________________________________

# Dans Strategic actions for animals, je consacre un chapitre aux principes de communication efficace ainsi qu’aux outils spécifiques à employer lorsque l’on discute avec des carnistes.

  
*     *     *

Texte original Understanding the Mentality of meat to Communicate More Effectively with Meat Eaters publié sur le site de Compassionate Action for Animals, en août 2009, traduit de l'anglais par Marceline Pauly et publié avec la permission de l'auteur.
Melanie Joy est professeur de psychologie à l’Université du Massachusetts, à Boston. Elle est l'auteur de Strategic Actions for Animals : A Handbook on Strategic Movement Building, Organization, and Activism for Animal Liberation , Lantern Books, 2008 et de  Why We Love dogs, Eat Pigs and Wear Wear Cows : An Introduction to Carnism  (Conari Press, 2010) dont on peut lire une traduction du premier chapitre sur le site des Cahiers antispécistes ainsi que le résumé de 4 autres chapitres dans lesquels l'auteur expose le fonctionnement de l'idéologie carniste.
Autres articles traduits en français : Le carnismeQu'est-ce que le carnisme et La mentalité du mangeur de viande, (Alternatives Végétariennes, n° 98 ; p 37-40) .
Page Wikipédia sur le carnisme
Le site de Melanie Joy
Repost 0
9 janvier 2013 3 09 /01 /janvier /2013 18:57

http://vivre.galerie-blog.com/L-emission-Le-Vivre-Ensemble.html

 

L’émission LE VIVRE ENSEMBLE a été supprimée par le secrétariat de Radio Libertaire en novembre, après cinq ans d’existence.

Considérant que les auditeurs et auditrices ne sont pas des consommateurs et consommatrices radiophoniques passives, nous avons décidé de les informer publiquement, et nous invitons toutes les personnes qui l’écoutaient à réagir, et toutes les personnes qui ne l¹ont jamais écoutée mais que cette interdiction indigne, à exprimer ici leur sentiment, signer la demande de réintégration de l’émission, et écrire au secrétariat de Radio Libertaire.

Les raisons de cette suppression ? Un vieux mandat de la Fédération anarchiste (que nous rendons public dans la réponse complémentaire que nous faisons) et des plaintes concernant le fait que nous nommions et questionnions l’anti-spécisme sur l’antenne, avec certains et certaines invitées. Des plaintes de qui ? Des gens...

"Le Vivre Ensemble" est convaincu que ce sont les idées anarchistes que la Fédération anarchiste appauvrit en interdisant tout questionnement et réflexion éthique sur la place de l’humain sur Terre en général, et en particulier par rapport aux individus des autres espèces animales qui y vivent.

L’idée anarchiste, pour "Le Vivre Ensemble", n’est pas une idée figée, un dogme, mais au contraire devrait être l’initiatrice des questionnements et des luttes présentes et à venir.

Le collectif du "Vivre Ensemble" s’étonne qu’une idée qui n’est ni raciste, ni sexiste, ni homophobe, ni insultante, ni fasciste, ni nuisible puisse être interdite d’énonciation sur une radio anarchiste. Surtout une idée qui va questionner au fondement même des hiérarchies et des hiérarchisations, et qui refuse toute domination.

En conséquence, nous contestons ci-dessous la valeur d’un mandat fédéral fondé sur des erreurs manifestes ou des déformations malintentionnées, des affirmations mensongères sur l’anti-spécisme.

Pour mémoire, l’anti-spécisme, né dans les années 1970, pose une question nouvelle : l’espèce à laquelle appartient un être sensible est-elle un critère éthique pertinent pour décider de la manière dont on doit le traiter et des droits qu’on doit lui accorder ?
C’est un mouvement de réflexion, un combat politique, une utopie, la proposition d’un monde sans plus aucune hiérarchisation, débarrassé de toute idée de supériorité qui n’a apporté que des massacres et des génocides.
C’est également une pratique, un mode de vie indissociable de la théorie qui remet en question certaines habitudes sociales comme la consommation de produits issus d’animaux exploités (viande, lait, etc.), leur utilisation comme agrément (cirques, zoos) ou comme « matériel » de laboratoire.

La critique du spécisme n’est absolument pas fondée sur la négation des spécificités humaines. Elle dit simplement que ces spécificités ne justifient pas les discriminations ; toute espèce présente des spécificités comme en témoigne depuis plusieurs décennies la recherche en éthologie : les autres animaux ont des capacités similaires aux nôtres dans beaucoup de domaines, ce sont des différences de degré, non de nature, qui nous distinguent.

Nous demandons donc aux militants et militantes de la Fédération anarchiste de tout faire pour que l’émission « Le Vivre Ensemble », injustement interdite, soit réintégrée sur Radio Libertaire.

Nous leur demandons d’engager également un débat informé au sein de leur organisation, sur la question animale et sur les présupposés réels de la lutte contre le spécisme, qui du coup aboutisse, nous n’en doutons pas, à l’abrogation d’un mandat qui ridiculise la FA, et qui pire est, les idées anarchistes.

Le collectif de l’émission "Le Vivre Ensemble".
 
La pétition est disponible dans la réponse complémentaire.
 
Repost 0
26 décembre 2012 3 26 /12 /décembre /2012 21:00

http://nea.eklablog.com/volee-de-piafs-a62272619

 

1mod article62272619 50cf213d22d58Didier et Marie ont créé Volée de Piafs en 2007, centre de sauvetage d’animaux sauvages.

Le but de ce dispensaire est de soigner des animaux sauvages en détresse et dans la mesure du possible de les sauver.

Ce sont des oiseaux, de la mésange bleue à la chouette hulotte en passant par la buse variable et le pigeon ramier, mais aussi des mammifères, de l’écureuil au chevreuil en passant par le blaireau et le hérisson que Didier et son équipe soignent chaque année. 

Ces animaux arrivent au centre blessés par des chocs voitures, des chocs baies vitrées, par les pollutions marines (Erika, Ker Bremen, ...), les intempéries, des tirs, des pièges, des empoisonnements. Des accidents majoritairement causés par les activités humaines.

En 2011, Volée de Piafs a accueilli 997 animaux, 19 % sont morts en arrivant ou dans les heures qui ont suivi, 8 % sont morts dans les 2 ou 3 jours et 10 % au-delà de 3 jours. 6 % des animaux ont été euthanasiés pour la plupart, le jour de leur arrivée, afin d’abréger leurs souffrances. Certains autres l’ont été après plusieurs semaines de soins inopérants.

Au final, presque la moitié des animaux ont été sauvés et relâchés dans leur milieu naturel.

Pour les examiner, les soigner et les réhabiliter, la structure est constituée de 1 infirmerie, 2 animaleries petits oiseaux et petits mammifères, 1 animalerie oiseaux marins, 3 animaleries grands oiseaux et grands mammifères, 2 enclos, 5 volières et diverses installations annexes.

En arrivant sur les lieux, on est accueilli par un autre type d'animaux. Ce sont quelques animaux domestiques sauvés au fil du temps de l'abandon, de l'abattoir ou simplement trouvés et qui viennent apporter un autre regard sur la vie de l'animal.

Didier a eu la gentillesse d’accepter de répondre à nos questions. Nous l'avons rencontré au centre de sauvetage un après-midi d'hiver froid mais très ensoleillé.

Didier, quel a été le commencement de cet engagement envers les animaux sauvages ?

Tout a démarré lors de l'Erika, la matinée du 25 décembre 1999, je me promenais sur le port d'Etel et j'ai donné un grand coup de pied dans une boule de pétrole mais ...ce n'était pas une boule de pétrole... c'était un guillemot de troïl.

Là, j'ai eu un déclic, une prise de conscience, je me suis tout de suite inscrit à Bretagne Vivante pour aider à récupérer et à laver ces oiseaux mazoutés.

Ensuite, j'ai été bénévole sur d'autres marées noires (Afrique du sud, Le Prestige)

Lorsque tu prends en charge un animal, ressent-il que tu vas essayé de le soigner ?

Non, dès le départ il nous considère comme un prédateur.

Hormis pour les bébés, jamais la confiance ne s'installe. Pour l'élevage des petits il faut être vigilant à ne pas les imprégner si on veut pouvoir les relâcher dans de bonnes conditions.

Comment as-tu appris à les soigner ?

Au moment de l'Erika, durant toute la durée de la marée noire (5 mois), j'ai été formé par un vétérinaire belge venu sur place et aussi par l'équipe de démazouteurs américains de l'association IFAW.

Ma formation a continué pendant 3 années sur les différentes marées noires, toujours avec IFAW. Je me suis aussi formé en participant aux soins dans différents centres de sauvetage afin de pouvoir passer un certificat de capacité obligatoire pour pouvoir ouvrir un centre de soin.

Lorsque Volée de Piaf a vu le jour, on accueillait seulement les oiseaux et de petits mammifères puis nos compétences se sont développées et nous avons pu accueillir de grands mammifères et des chauves-souris .

Et on apprend encore tous les jours !

On aimerait bien que tu nous racontes une anecdote avec un des animaux que tu as sauvé !

Je peux même vous en raconter 2 qui se terminent bien !

Le sauvetage d'un renardeau retrouvé dans une fosse à purin sur sa mère morte, sur nos conseils, lavé puis amené au centre de soins, il avait 15 jours environ (il n'avait pas les yeux ouverts) on l'a mis en couveuse avec une peluche hérisson pour lui tenir compagnie et un miroir pour dormir à côté (ndlr : presque tous les animaux recueillis au centre ont un miroir près d'eux, ça les rassure). On l'a biberonné et après plusieurs mois il est parti au centre de soin de la Dame Blanche où il a pu être relâché en pleine nature. 

On a sauvé une petite perdrix grise adulte, elle avait une patte cassée resoudée à 45 ° et cette patte s'était coincée dans un grillage. On a été obligé de l'amputer, elle est restée 6 mois ici et on l'a relâchée en juillet dernier, elle est partie 3 jours et elle est revenue ! Elle rend visite aux poules et elle dort même avec elles. Son nom est Pâquerette, elle reste en liberté dans l'enceinte du centre.

Tiens ! j'en ai une autre ! Un gars appelle en pleine nuit d'un bateau, il est en pleine mer et il voit arrivé sur le pont une effraie des clochers ! Elle se pose et ne repart pas. Il nous demande quoi faire, on lui dit et il la récupère, il la met dans un carton, il la dépose le lendemain au port de Lorient.

On la prend en charge et on se rend compte que c'est une chouette effraie baguée en Allemagne !!! 15 jours après on l'a relâchée après qu'elle se soit reposée et vitaminée. On recherche encore l'origine de sa bague !

Quels conseils donnes-tu aux personnes qui récupèrent un animal blessé ?

1- Si possible avant d'attraper l'animal appeler un centre de soin (ndlr : pour connaître les centres à proximité de chez vous : UFSC) pour ne pas faire d'impair dans le genre bébé chevreuil attendant sa maman, bébé chouette hulotte sortie du nid et nullement perdu, ...

2- Repérer exactement l'endroit de récupération de l'animal.

Dans la mesure du possible nous relâchons les animaux adultes sur leur site puisqu'ils le connaissent et y ont leurs habitudes. C'est encore plus important en période de reproduction. Si l'animal blessé ou choqué ne nécessite pas une longue période de soins, il est rapidement relâché sur son site de reproduction.

3 - Si l'on récupère l'animal, le mettre dans un carton au calme (ou dans une cage recouverte d'un tissu occultant, au chaud (bouillotte ou bouteille d'eau chaude par exemple) et ne surtout pas jouer à l'apprenti sorcier.

Ne pas chercher ni à les faire boire ni à les nourrir de force.

Suivre les conseils du centre de soin.

Quels conseils donnes-tu aux gens pour prévenir des accidents ?

- Les réserves d'eau doivent être couvertes ou avec une possibilité de sortie pour l'animal qui tombe dedans (gros cordage, flotteur, ,,,).

- Coller des leurres sur les baies vitrées

- Mettre une clochette aux chats

- Limiter sa vitesse sur les routes de campagne

- Faire attention sur les routes lors de la reproduction des salamandres (fin octobre - début novembre) et lors de la reproduction de tous les amphibiens (fin février - début mars)

- Grillager les dessus de cheminées pour préserver les chouettes hulotte et les chouettes effraie qui viennent s'y installer

- Proscrire le raticide, le tue-limace non bio et les insecticides dans les jardins

Peux-tu nous expliquer pourquoi tu ne manges plus d’animaux depuis 40 ans ?

J'ai appris que l'on pouvait être végétarien en me rendant à la maison vétérinaire de Maison Alfort où j'ai rencontré des personnes ne mangeant plus d'animaux. J'avais 17 ans et je ne savais pas que l'on pouvait bien vivre sans les manger ; jusque là on m'avait dit qu'il était nécessaire de manger de la viande.

Je suis rentré le soir, j'ai dit stop et je n'en ai plus jamais remangé.

Je suis donc végétarien depuis 40 ans mais depuis toujours dans l'âme et végétalien depuis 1 an mais je mange les œufs de toutes nos poules récupérées ou sauvées. Grand merci à elles.

Avant de se quitter y a-t il une chose en particulier dont tu voudrais parler ?
Oh oui ! Ce que je voudrais dire, c'est que par la chasse, par les destructions volontaires ou involontaires, par l'indifférence quotidienne, la Faune Sauvage paie un lourd tribut à l'homme.

La première chose à faire si l'on veut vraiment aider la Faune sauvage, c'est par le Respect et l'attention. Leur avenir est entre les mains de CHACUN.

Merci de tout coeur Didier pour ce que toi et ton équipe faites pour ces animaux !

 

Vous souhaitez aider Didier et son équipe à sauver les animaux sauvages en détresse ?

Devenez adhérant ou donateur :

- Téléchargez la lettre d'info ci-dessous (il y a un coupon-adhésion à l'intérieur)

« bulletin novembre 2012-coupon adhesion.pdf »

- Envoyez votre don ou adhésion sur papier libre à "Volée de Piafs" Saint Léon - 56440 Languidic

Devenez bénévole :

- Envoyez un e-mail à Marie (didier.masci[at]orange.fr - remplacez le [at] par @) en lui indiquant votre parcours et vos compétences

 

1mod article62272619 50cf2011bd197

1mod article62272619 50cf1ffd0adc3

1mod article62272619 50cf20262264c

1mod article62272619 50cf203551c21

1grebe castagneux mazoute

Repost 0
15 décembre 2012 6 15 /12 /décembre /2012 20:45

http://www.stopgavage.com/foie-gras-sud-ouest/enquete-2012

Nous avons mené une nouvelle enquête dans le Sud-Ouest de la France, dans des salles de gavage typique de la production de foie gras.
Parmi les images les plus choquantes, un élevage fournissant le groupe Labeyrie et utilisant les cages du futur amenées à se généraliser dans toute la France d'ici 2015.  Voir l'enquête

 

Repost 0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 21:35

http://youtu.be/5wmqPpXFfx4 

Ce film indépendant américain évoque la parcours d'un militant de l'Animal Liberation Front. Il est ici en intégralité et est sous-titré en français. Il traite de l'exploitation et du meurtre de centaines de milliards d'animaux chaque année pour des questions de profit et de... spécisme !  

 

 

Repost 0
25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 19:36

https://wemakeit.ch/projects/entretiens-avec-un-egalitariste-yves-bonnardel

 

Extrait du film :

 

Un portrait passionnant de militant de la cause animale.

 

Un film documentaire réalisé par Gwennaël Bolomey, en collaboration avec Fanny Vaucher.

A travers l'évocation de la place des animaux dans notre société occidentale et des formes de leur exploitation, Yves Bonnardel questionne notre rapport aux animaux non humains, remet en perspective l'humanisme et repense la question fondamentale de l'égalité. Il met en lumière la nécessité de son application aux autres espèces animales.

Le tournage

Pour ce portrait, jʼai travaillé seul, me rendant à plusieurs reprises chez mon ami Yves Bonnardel. Le film est le résultat de nos nombreuses heures entretiens. Yves propose des réflexions qui font écho à mes préoccupations et que je souhaite aujourdʼhui partager à travers ce documentaire.

 

YB.jpeg

Utilisation de votre argent

Le film (26 minutes / français) est déjà tourné et monté. Je souhaite maintenant faire des sous-titres en anglais et produire un DVD en 1000 exemplaire. Le financement par wemakeit permettra de payer les sous–titres (750 CHF) et participer aux frais du DVD. Le reste étant prix en charge par un don de 1700 CHF de la Coopérative 1 mètre cube. Les différents intervenant-e-s de ce projet ont tous et toutes travaillé sans rétribution aucune.

 

YB2.jpegPour aider au financement.

Repost 0

Présentation

Les éditions De l'autre côté

bannier-papier-avec-adresse-blog.png

Liens intéressants :

 affiche 2008 2

Brochures subversives à lire, imprimer, propager...

 

Logo ALH

Pour l'émancipation humaine et  la libération animale

 

Contre-le-specisme.png

Pense bête, contre le spécisme

 

-cid_6086494F-0D36-4934-A953-EAE56A6B6DEB.png

CLEDA - collectif antispéciste actif en région parisienne -

 

bannière abolir la viande 2 

Abolir la viande

 

banniere-oooutils-feministes.jpg

Oooutils féministes

 

lendehors.gif

L'En dehors

 

carfree-logo.jpg

Carfree, la vie sans voiture(s)

 

eonet-234x60

Portail sur l'Espéranto

 

couverture ligne 7 2

Ligne 7 # 2. Cliquez sur l'image pour le découvrir.

Autres liens intéressants

Anarchisme

Alternative libertaire 

Anarkhia

Anarkismo

CNT

CNT AIT

Indymedia

L'en dehors

Le chat noir émeutier

Le cri du dodo

Fédération Anarchiste
Médiatours

Offensive Sociale et Libertaire

Radio Libertaire

 

Antiâgisme - Education

L'enfance buissonnière

Les enfants d'abord

N'autre école

 

Antifascisme

Action antifasciste Paris

Scalp - Réflexe

 

Antisexisme - féminisme - genre - sexualité
Act up

A dire d'elles

Chroniques anarcha-féministes
Collectif contre le publisexisme
Contre la double violence

Editions ma colère

Gender trouble  

Hypathie

Informations et analyses anarcha-féministes

Les Panthères roses

L'enragé

Lora la rate

MYsandriste

Oooutils féministes

Prochoix
Quelques textes féministes
Section "femmes" d'Amnesty International

Têtes hautes et regards droits

 

Antispécisme - véganisme - cause animale
Abolir la viande

Action antispéciste
ALARM

 A.V.I.S.
Brochure "Recettes végétaliennes"
Cahiers antispécistes

CLEDA
Forum Rescue
Hallmarks

L'Oasis Vegan'imaux

Lait vache

L214

Panthères enragées
Pense-bête, un réseau antispéciste

Veg' et chat

Vegan Pays Basque

 Vegane

 

Ecologie
Carfree
Sortir du nucléaire
Vélorution  

 

Espéranto

Anarkio 

Esperanto.net

Esperanto panorama

Ikurso

Informa bulteno

Lernu

Liberaj bestoj

SAT

SAT-amikaro


Françafrique - néo(colonialisme) - racisme - sans papier - no border

Anticolonial

Cercle de résistance

17 octobre 1961

Gisti (Groupe d'Information et de Soutien des Immigrés)
Les Rroms acteurs !

Ministère de la régularisation de tous les sans-papiers

Propaglande

Sans-papiers

Survie 

 

Food Not Bombs

Brochure Food Not Bombs

Food Not Bombs Bordeaux

Food Not Bombs mondial

Food Not Bombs Montpellier

Food Not Bombs Paris

Food Not Bombs Strasbourg

Resto Trottoir Besançon

 

Prison - répression
Apa en ligne
L'envolée
Mouvement abolitioniste des prisons et des peines
Tout le monde dehors


Textes - brochures - livres

A fleur de plume

Bibliothèque libertaire

Infokiosques
La Pétroleuse

Les renseignements généreux
Tahin Party

1 libertaire